John Armleder

La Chapelle des Charcutiers – 2000

Église Saint-Eustache, Paris 1er

Dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires, soutenue par la Fondation de France en partenariat avec la Mairie de Paris et le Souvenir de la Charcuterie française
Médiation/production : 3CA – Mari Linnman

Impossible de trouver le fichier XML de la galerie : /wp/wp-content/photos/Armleder/gallery.xml
Vérifiez que les fichiers de la galerie ont été créés sur la page d'administration !

English translation below

La chapelle des charcutiers est investie depuis le XVIIe siècle par la corporation des charcutiers. Suite à un incendie qui détruisit toute la partie basse du lieu, l’Association du Souvenir de la Charcuterie française, présidée par Monsieur Hilaire Bégat et accompagnée du Père Gérard Bénéteau, a désiré réactiver l’histoire et la mémoire de la chapelle en faisant appel à un artiste contemporain.

Inaugurée en 2000, l’œuvre de John Armleder est constituée d’un ensemble d’éléments amovibles qui respectent les principes des bâtiments historiques. Deux peintures, des Pour Paintings, ont été réalisées dans l’église et placées sous les deux peintures murales attribuées au peintre Théodore Pils. Une table de verre, placée sous le vitrail central, supporte une urne en verre. Au sol, une trame de clous polis en laiton disposés de manière régulière sur le plancher en bois prolonge le déambulatoire en reprenant le quadrillage des dalles de marbre. Une projection bleutée d’une croix surmonte la table.

L’œuvre dialogue avec les formes préexistantes par un jeu particulier de couleur et de lumière. En journée, la lumière naturelle filtrée par les couleurs du vitrail, circule et se réfléchit sur les divers éléments présents dans la chapelle.

Lors de la messe annuelle des charcutiers, une feuille sur laquelle sont inscrits les noms des charcutiers morts dans l’année est déposée dans l’urne en verre. Participant à la cérémonie, l’oeuvre acquiert toute sa dimension symbolique en gardant et rendant visible la mémoire de cette corporation. Au fil des années, les feuilles s’accumulent dans l’urne ce qui témoigne d’une œuvre ouverte et en perpétuelle évolution.


Charcutiers’s chapel

The Charcutiers’s chapel has been invested in by the charcutiers corporation (pork butcher’s business) since the seventeenth century. After a fire that destroyed a part of the downspace, the Association of the Souvenir of the French Charcuterie, directed by Hilaire Bégat and accompanied by father Gérard Bénéteau, wanted to commemorate the history and memory of the chapel by commisioning an artwork by a contemporary artist.

Inaugurated in 2000, John Armleder’s piece of work consists of different detachable elements that respect the principles of the historical buildings. Two paintings called “Pour Paintings”, have been made in the church and settled beneath two other paintings of Théodore Pils. A glass table, put beneath the main stained glass, bears a glass pole. On the wood floor, a  line of polish nails in brass extends the ambulatory, following the squaring of the marble slabs. A blue video projection surmounts the table.

The artwork engages a dialogue with pre-established forms through a particular set of colors and lights. In one full day, the natural light filtered by the colors of the stained glass moves and is reflected on different parts of the chapel.

During the Charcutier’s annual mass, the names of the pork butchers who died during the year are inscribed on a paper and put into the glass pole. Sharing the ceremony, the piece of art acheives its symbolic dimension, by keeping and rendering visible the memory of the corporation. As years go by, papers are accumulated into the pole and testify to an opening work of art, in constant evolution.