Ça va être le silence

exposition d’Alain Bernardini

du 29 janvier au 13 mars 2010, mercredi – samedi entre 15h et 19h
à Contexts, 49 rue Ramponeau 75020 Paris (métro Belleville)

Impossible de trouver le fichier XML de la galerie : /wp/wp-content/photos/cvels/gallery.xml
Vérifiez que les fichiers de la galerie ont été créés sur la page d'administration !

English translation below

Alain Bernardini, né en 1960 à Meaux, vit à Vitry-sur-Seine, travaille partout et expose régulièrement depuis 1992. Depuis ses débuts, il réalise des oeuvres composées de différents éléments : des photographies, vidéos, dessins, textes, objets, performances… articulés ensemble pour former un récit qui lie l’aspect formel à la dimension politique.

L’exposition Ça va être le silence est conçue dans le sillage d’une commande* qui, sur une période de deux années, a engagé l’artiste dans un projet de représentation photographique des agents hospitaliers. Au moment de sa réalisation, cette commande a été censurée et abandonnée, notamment à cause d’une forte mobilisation organisée par les syndicats CGT et SUD qui ont refusé le caractère libre et joué de la mise en scène des salariés.

Le titre de l’exposition énonce une riposte.  La proposition est minimale et radicale. Avec Ça va être le silence, l’artiste présente pour la première fois une exposition dépourvue d’images d’hommes et de femmes mis en scène sur des lieux de travail.

Dix-huit armoires vestiaires forment un ensemble d’objets serrés et alignés qui remplissent l’espace dans un jeu avec ses limites. Si l’armoire évoque le rite du passage entre la sphère privée et le monde du travail – elle est aussi perçue par l’artiste comme un module minimal à déplacer. Une armoire vestiaire est dissociée du groupe. Elle garde sa fonction habituelle.

Une image affiche un paysage urbain nocturne et silencieux. Deux boîtes lumineuses sans images, dont l’une est éteinte et l’autre allumée, accompagnent le dispositif.

*Dont le livre Monument d’images retrace l’histoire, livre publié en décembre 2009, par Captures éditions et 3-CA. Pour commander le livre, envoyer un mail à : info@3-ca.org.

Contexts remercie le MAC/VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, et la société DRON pour le prêt des armoires.

-

It will be the silence

Alain Bernardini has always been interested in the representation of the world of work. The exhibition It will be the silence is no exception except for one difference : for the first time, the artist does not include images of men and women staged in their place of work.

It will be the silence follows a commission* which, over a period of two years, engaged the artist in the photographic representation of hospital workers. At the time of its implementation, this artwork was censored and abandoned, in particular because of a strong mobilization organized by the trade unions CGT and SUD. The latter refused the free and eccentric nature of the images created by the artist.

The title of the exhibition is a riposte.

Eighteen cupboards form a “demonstration” which invades the space of Contexts. They take up the marches, they move on. A poster and two light boxes, one of which is turned off, accompany this parade.

If cupboards evoke the rite of passage between the private sphere and the work context -  (changing clothes, shower, basements…) – the posted image shows a silent townscape at night, devoid of human presence. The cold light of the lamppost in the image finds its echo in one of the light boxes in a cupboard.

An isolated cupboard completes the arrangement, linking the activities of Contexts into the exhibition.

* The book Monument d’images, published in December 2009 by Captures editions and 3CA, redraws the story.

It will to be the silence is a production of Contexts. Contexts thanks the MAC-VAL, Museum of contemporary art of Val-de-Marne, and the DRON company for the loan of cupboards.